Les véhicules connectés

Gamme de produits GS27
15 juillet 2016

Les véhicules connectés

LES ENJEUX DU VEHICULE CONNECTE

La voiture connectée est un vieux fantasme qui devient de plus en plus réalité. Les études estiment que d’ici 2020, près de 9 véhicules neufs sur 10 seront connectés à internet.

Un marché juteux qui avoisinerait les 175 milliards d’euros, autant dire que les enjeux sont énormes, et pas seulement pour les constructeurs automobiles.

Qu’est-ce qu’un véhicule connecté ?

Il s’agit d’un véhicule classique doté de capteurs et de processeurs capables de transmettre des données et d’en recevoir.

A plus ou moins long terme les véhicules dialogueront entre eux (v2v) et avec la route.

Mais il est d’ores-et-déjà possible de se connecter de sa voiture pour des tâches aussi variées que se diriger, consulter ses mails ou encore, écouter ses playlists de musique.

Selon les applications, vous pouvez aussi vous garer ou encore trouver la station-service la plus proche par exemple.

Est-ce un simple gadget ?

Clairement, non.

Cette technologie a été, à la base souhaitée par les assureurs, afin de personnaliser les contrats d’assurance et développer le Pay as you drive, c’est-à-dire, paye selon ta conduite au volant.

De ce fait, les avancées en matière de sécurité ont été les plus significatives ; détection de la fatigue du conducteur, décélération automatique en cas d’obstacle, appel d’urgence etc. Le but premier est plutôt louable puisqu’il est de tendre au zéro victime.

  • Pour les industriels, ce serait aussi la possibilité de mettre en place leur cahier des charges grâce au traitement des données d’usage. Par exemple, le dimensionnement du système de freinage ou d’un power train sans passer par la case coûteuse de l’essai sur circuit par exemple.
  • Pour le mécanicien, c’est la possibilité de poser un diagnostic à distance et d’envoyer une alerte à son client ou une promotion sur mesure. Ce serait donc un outil de fidélisation notoire et un gain de temps considérable.
  • Pour l’usager, c’est la promesse d’un confort et d’une sécurité accrue, puisque les constructeurs planchent déjà sur une voiture qui se conduit seule, à l’instar de la Google Car par exemple. Et qui lui permettrait de connaître en temps réel, les sites à découvrir autour de lui, les restaurants du secteur à l’heure du déjeuner, ou encore la possibilité, par le biais de la domotique, de contrôler son domicile depuis sa voiture.

Qu’est-ce que cela cache ?

Le problème de tout cela, c’est l’utilisation de données de masse qui passeront forcement par un traitement externe, et donc, le danger de voir utilisées toutes les données du conducteur à des fins au mieux commerciales. Une sorte de Big Brother qui saura tout de vous.

Pour les constructeurs automobiles, le danger est de perdre une partie du marché, puisque les géants du net sont déjà sur les rangs depuis longtemps. Ils devront tenir compte de ces nouveaux acteurs à moins de réussir à développer rapidement leur propre technologie.

Quant aux revendeurs et réparateurs, il faudra repasser par la case formation pour intégrer ces changements et conseiller au mieux la clientèle.

En conclusion, ce n’est plus de la science-fiction, l’avancée est en marche et va chambouler l’industrie automobile dans son ensemble ainsi que les habitudes du consommateur.